Skip links

Interrogatoire de l’accusé dans le cadre d’une procédure pénale

Interrogatoire de l’accusé dans le cadre d’une procédure pénale

L’interrogatoire de l’accusé dans le cadre de la procédure pénale est défini dans le code de procédure pénale comme “l’audition du suspect ou de l’accusé par le juge ou le tribunal en relation avec l’infraction faisant l’objet de l’enquête ou des poursuites”.

  1.           Prise de déposition

La prise de déposition est l’une des activités d’enquête menées au cours de la phase d’investigation et portant sur l’événement qui constitue l’objet de l’enquête. Toutefois, les suspects dont les déclarations sont recueillies par les agents des services répressifs ou les procureurs peuvent exercer leur droit de garder le silence, car ils ne sont pas obligés de témoigner contre eux-mêmes. L’objectif principal de la prise de déposition est de parvenir à la vérité matérielle. L’autorisation du procureur général est nécessaire pour que les forces de l’ordre puissent prendre une déposition. Toutefois, en cas de nécessité, afin d’éviter que les preuves ne soient occultées, les forces de l’ordre recueillent des preuves d’office et en informent immédiatement le procureur en charge. Après la notification, le procureur autorise le service répressif à prendre une déposition et le service répressif prend une déposition. Dans le code de procédure pénale, il n’est pas possible pour les forces de l’ordre de prendre une déposition d’office. Les forces de police sont obligées d’attendre les instructions du procureur.

Lors de la prise de déposition, les personnes sont privées de certains droits et libertés. L’objectif est de révéler les faits relatifs à l’événement faisant l’objet de l’infraction. En fait, à ce stade, les droits de l’homme universels fondés sur les droits et libertés personnels de l’individu et le désir de la société de faire la lumière sur l’événement faisant l’objet du crime sont en conflit.

Toutefois, dans le système judiciaire des États, il est généralement admis que “l’intérêt de l’individu n’est pas sacrifié à l’intérêt de la société”. Dans le conflit d’intérêts en question, il est généralement admis que la perception des intérêts d’une société prévaut toujours.

Il est toujours possible que la personne dont la déclaration a été recueillie au stade de l’enquête soit reconnue comme défendeur au stade suivant, celui des poursuites. La notion de suspect commence généralement par un simple soupçon et évolue vers la notion d’accusé au fur et à mesure que les preuves recueillies renforcent le soupçon que l’infraction a été commise. Toutefois, il ne faut pas confondre la notion de recueil de déclarations et celle de collecte d’informations. Dans certains cas, des personnes peuvent être consultées au sujet d’un incident. Afin de déterminer comment l’incident s’est produit et quelles sont les personnes qui ont commis l’acte, les agents des services répressifs qui se rendent sur les lieux de l’incident consultent les informations des personnes qui se trouvent à proximité. On ne sait pas qui sera suspect ou témoin dans le cadre d’une procédure pénale. L’objectif principal de la police est de déterminer les personnes à qui ces titres seront attribués. Cette étape s’appelle la collecte d’informations.

  1. INTERROGATION 

Si l’on se réfère à l’alinéa h de l’article 2 du code de procédure pénale, on constate que l’interrogatoire est défini comme “l’audition du suspect ou de l’inculpé par le juge ou le tribunal en relation avec l’infraction faisant l’objet de l’enquête ou des poursuites”. Si l’on se réfère à la définition en question, la déclaration du suspect ou de l’accusé doit être recueillie par un juge ou un tribunal. Il ressort également de cette définition que les déclarations recueillies par le procureur ou les agents chargés de l’application de la loi ne sont pas considérées comme des interrogatoires.

L’interrogatoire, en tant que terme, présente les caractéristiques d’une procédure mixte. Il s’agit de l’enquête sur les éléments matériels et moraux entre l’acte faisant l’objet de l’infraction et l’auteur et de la tentative de trouver les liens entre eux. Les questions posées au suspect ou à l’accusé au cours de l’interrogatoire doivent être liées à l’événement qu’ils sont censés avoir commis. Les déclarations reçues à la suite des questions posées en dehors de l’événement pour lequel les personnes sont accusées ne constituent pas un interrogatoire. Toutefois, les personnes dont les déclarations seront recueillies lors de l’interrogatoire ne doivent pas se contenter des réponses qu’elles donnent. Ces personnes doivent avoir la possibilité de développer et de mieux expliquer leurs réponses. Dans le cas contraire, les évaluations à faire sur l’événement faisant l’objet de l’infraction ne seront pas saines.

Au stade de l’enquête, le processus de recueil des déclarations est davantage axé sur l’investigation. Dans ce processus, les suspects n’ont pas le droit de se défendre suffisamment. En revanche, lors de l’interrogatoire mené devant un juge ou un tribunal, le suspect ou l’accusé a la possibilité de se défendre et d’étoffer ses déclarations. Par conséquent, l’interrogatoire est également défini comme un processus qui facilite le travail des tribunaux dans la phase de poursuite. En outre, l’interrogatoire devant un juge ou un tribunal est en quelque sorte un moyen de preuve. C’est pourquoi il apporte une grande contribution aux tribunaux lors de la phase d’examen du dossier. L’interrogatoire permet d’enquêter sur le lien matériel et moral avec l’acte prétendument commis par le suspect ou le défendeur. L’interrogatoire occupe donc une place importante dans la procédure pénale.

SOURCES UTILISÉES 

Horzum ,Ekin Deniz, Avrupa İnsan Hakları Mahkemesi Kararları Bağlamında Yasak Sorgu Yöntemleri, Mémoire de maîtrise, Université d’Istanbul, 2011,

Yenisey , Feridun, Nuhoğlu, Ayşee Criminal Procedure Law Book, 6ème édition p.591

Centel/Zafer, Ceza Muhakemesi Hukuku, Beta Yayınları 15ème édition

Altunkaş , Aysun ; Hukuka Aykırı Delil Teorisi Işinden İfade Alma ve Sorgu, Master’s Thesis, İstanbul Bilgi Univ,

Akyol, Fatma ; Procedure of Taking the Statement of the Suspect in the Investigation Phase and its Delil Value, Izmir Bar Association Journal January 2021,

Yıldız, Ali Kemal ; Ceza Muhakemesinde Sanığın Sorgusu, mémoire de maîtrise, Université d’Istanbul, 1992.

Bayraktutan, Furkan Sena ; Ceza Muhakemesi Hukukunda İfade Alma, mémoire de maîtrise, Université de Gaziantep, 2022

Koca, Mahmut ; A General Evaluation on the Regulation on Arrest, Detention and Statement Taking, A.Ü.Erzincan Law Faculty Journal Vol : III numéro 1,

Er, Cüneyd ; Convention des Nations Unies contre la torture, TBB Journal, numéro 60, 2005,

Şahin, Uğur ; Avrupa Birliği Uyum Sürecinde Polisin Arama, Yakalama ve İfade Alma Yetkisi, Master Thesis, Selçuk Univesitesi,

Duysak, Merve ; Prohibitions of Proof in Criminal Procedure Law, mémoire de maîtrise

Zoğlar, Burcu ; Ceza Muhakemesi Hukukunda Evidence Bakımından İfade ve Sorgu, mémoire de maîtrise

Akan, Ufuk ; The Effect of Article 3 of the European Convention on Human Rights on Arrest, Detention and Statement Taking, Master’s Thesis, Uludağ Univesity,

En kaliteli web deneyimini sağlamak için çerezleri kullanıyoruz.